Savoir être. Savoir faire.
Agréé par  
Suivez-nous!

Icones

$radiologiemailloux #intervention

EXAMENS OFFERTS EN INTERVENTION

Infiltration sous fluoroscopie*
Bris calcaire*
Bloc facettaire*
Épidurale caudale
Infiltration sous TDM
Bloc foraminal/péridural
Bloc de branche médiane*
Rhizotomie facettaire percutanée*
Discographie
Injection de plasma riche en plaquettes (PRP)
Échographie musculosquelettique d’intervention*

*  EXAMEN SANS FRAIS – COUVERT PAR LA RAMQ

La radiologie interventionnelle désigne l’ensemble des actes médicaux réalisés par des radiologues et sous contrôle radiologique, permettant le traitement ou le diagnostic invasif de nombreuses pathologies. Le principe est donc d’accéder à une lésion située à l’intérieur de l’organisme pour effectuer un acte diagnostique ou thérapeutique.  L’imagerie par fluoroscopie, échographie, scanner et IRM permet un repérage, un guidage et un contrôle optimal du geste médical. Source : Wikipedia

ÉCOUTEZ LA PUB SUR NOS SPÉCIALITÉS >

BLOC FORAMINAL SOUS TOMODENSITOMÉTRIE

#RadiologieMailloux #BlocForaminal

Le bloc foraminal sous contrôle tomodensitométrique permet d’effectuer une
infiltration de cortisone directement autour de la racine nerveuse douloureuse grâce à la précision de la tomodensitométrie. Il peut être effectué soit au niveau cervical, lombaire ou dorsal.

PLASMA RICHE EN PLAQUETTES – PRP

#RadiologieMailloux #prp #PlasmaRicheEnPlaquettes

L’injection PRP permet une accélération nette et prouvée du processus de cicatrisation. Elle apporte des facteurs de croissance qui stimulent la prolifération des cellules tendineuses et favorise la formation de vaisseaux sanguins. Le PRP est obtenu après une prise de sang. Le prélèvement est ensuite placé dans une centrifugeuse pour en séparer les différents éléments. La couche riche en plaquettes en est extraite et celle-ci sert à l’injection.

CAPSULE VIDÉO

RHIZOTOMIE FACETTAIRE PERCUTANÉE

#RadiologieMailloux #rhizotomie

La rhizotomie est une procédure qui consiste à cautériser spécifiquement un nerf rejoignant une facette. Ce nerf s’appelle la branche médiale du rameau dorsal des nerfs spinaux. L’effet bénéfique sur la douleur lombaire chronique dure habituellement de 9 à 12 mois. La procédure peut alors être répétée (sans nombre maximal) et est effectuée sous guidage fluoroscopique.

+ POUR EN APPRENDRE DAVANTAGE, NOUS VOUS INVITONS À LIRE L’ARTICLE DU DR LUC CHAU >

AUTRES TYPES D'INTERVENTIONS

Les injections locales sont des pratiques courantes dans le traitement des affections rhumatologiques. Il s’agit d’une injection d’un médicament dont le but est d’agir au contact du site d’inflammation. Ce traitement appliqué directement au sein de votre articulation aura une action thérapeutique plus efficace qu’un traitement administré par voie orale.

Le plus souvent, le produit injecté est un anti-inflammatoire appartenant à la famille des corticoïdes et d’autres produits peuvent être utilisés comme les anesthésiques locaux (à but diagnostic et thérapeutique), et/ou les produits de viscosupplémentation pour l’arthrose.

Le but des infiltrations intra-articulaires de corticoïde est d’injecter une quantité minimale de substance active dans la zone à traiter afin d’obtenir une plus grande efficacité qu’une corticothérapie par voie orale en évitant la majorité des effets secondaires. Elles sont indiquées en cas de douleurs articulaires intenses associées à des signes inflammatoires locaux (tels qu’un épanchement intra-articulaire).

Dans le cas d’une infiltration d’un genou, par exemple, vous êtes en position allongée sur le dos. Après avoir réalisé une désinfection et anesthésie locale, votre médecin piquera votre genou avec une aiguille montée sur une seringue, il injectera une minime quantité de colorant (iode) pour confirmer son bon positionnement et par la suite, le produit actif à l’intérieur du genou avant d’enlever l’aiguille. Un pansement, qu’il faudra garder quelques heures, sera mis.

L’efficacité de cette infiltration n’est pas immédiate et survient le plus souvent au bout de quelques jours et peut prendre jusqu’à sept jours avant d’atteindre sa pleine efficacité.

Le bris calcaire est fait au dépend du dépôt calcaire intertendineux.  Il implique la fragmentation du dépôt calcaire, l’aspiration de celui-ci et l’injection de la cortisone pour enlever l’inflammation à l’endroit traité.

Ces infiltrations sont effectuées au dépend des facettes articulaires et ne touchent ni au nerf ni à la moelle.

Une infiltration de type épidural (communément appelée « épidurale ») est une injection réalisée dans l’espace épidural, près des racines nerveuses de la colonne vertébrale. L’épidurale caudale se fait au niveau du hiatus sacro-coccygien (petit orifice entre le sacrum et le coccyx).

Ces infiltrations locales sont des pratiques courantes dans le traitement des affections rhumatologiques. Il s’agit de l’injection d’un médicament dont le but est d’agir au contact du site d’inflammation. Ce traitement appliqué directement au sein de votre articulation se fait sous tomodensitométrie.

Procédure qui consiste à anesthésier spécifiquement un nerf rejoignant une facette. On l’appelle la branche médiane du rameau dorsal des nerfs spinaux.

Le but est de déterminer si la douleur lombaire est d’origine facettaire. Si tel est le cas, un traitement par radiofréquence pourrait être envisagé.

La procédure se fait sous guidage fluoroscopique (c-arm). Aucune sédation. Durée 15 à 20 minutes.

La discographie avec provocation discale est un examen pour évaluer si la douleur du patient provient d’un ou des disques intervertébraux.

En effet, les causes de douleurs lombaires sont multiples et le but de cet examen est de :

  1. Déterminer si la source des douleurs lombaires du patient est d’origine discogénique;
  2. Vérifier le niveau de disque causant la douleur lombaire avant traitement.

La question critique auquel la discographie tente de répondre est de savoir si la douleur reproduite par la discographie à un disque précis concorde avec les douleurs typiques du patient (concordantes) ou si elles ne concordent pas avec les douleurs usuelles du patient (discordantes).

Il est réalisé si un traitement chirurgical ou percutané sont considérés comme possibilité de traitement.

EFFETS SECONDAIRES
La douleur peut augmenter jusqu’à une semaine après la provocation discale. L’application de glace et la prise d’un analgésique permettent de diminuer la douleur.

COMPLICATIONS
Les complications sont essentiellement à l’injection, l’anatomie concernée et aux substances injectées. Le risque d’hémorragie est exceptionnel. La réaction allergique au produit de contraste est extrêmement rare et peut être traitée de façon rapide si elle survient. Le risque d’infection intradiscale est très faible.

PRÉCAUTIONS
Les anticoagulants et le Plavix doivent être cessés avant la procédure. L’autorisation d’arrêter temporairement la médication doit être obtenue par le patient auprès du médecin qui l’a prescrite. La grossesse est une contre-indication.

Infiltration musculosquelettique sous échographie.